| Accueil |
Paroisse catholique
Saint-Jean-Bosco

79 rue Alexandre Dumas
75 020 Paris
Téléphone : 0143702927
Fax : 0143706087
Ecrire à la paroisse :
Don Bosco Aujourd'hui : l'actualité et les informations

Agenda

««  2017  »»
««  Septembre  »»

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Événements prochains ou récents
Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
Accueil « Célébrer / Sacrements « Réconciliation « Comment se prémarer à la confession

Comment se prémarer à la confession

Quand on a pas l’habitude de se confesser ou que l’on a l’impression de ne pas bien faire la confession, on se demande comment se confesser

1. Comment commencer la préparation à la confession ? [1]

Pour se préparer à recevoir le sacrement de pénitence, on commence habituellement en faisant son examen de conscience, mais il y a quelque chose à faire avant. La réforme liturgique de Vatican II insiste sur ce point. Il faut d’abord se mettre devant la Parole de Dieu en lisant un passage de la Bible. L’écoute de la Parole en nous révélant l’ amour de Dieu et sa miséricorde nous dévoile en même temps notre propre péché. Malheureusement on le fait rarement en dehors des célébrations communautaires.

2. Comment faire son examen de conscience ?

Il y a des manières très diverses de faire son examen de conscience. On peut partir du texte des Béatitudes ou d’un texte de l’Évangile qui nous a touché. Dans les célébrations pénitentielles, les animateurs proposent parfois un examen de conscience centré sur un aspect de la vie, les relations avec les autres et avec Dieu. On peut aider les enfants à faire leur examen de conscience à partir de leur vie.

Dans une optique traditionnelle, on peut chercher ses péchés et faire son examen de conscience à partir des commandements de Dieu et de l’Église ou de la liste des péchés capitaux. On peut aussi chercher les péchés que l’on a faits par penser, par parole, par action et par omission. Certains voudraient qu’on leur donne une liste des péchés, mais ce n’est pas possible.

3. Sites qui proposent un examen de conscience

Lecture des Béatitudes en vue d’un examen de conscience http://portstnicolas.org/article.php3?id_article=75

Comment faire L’examen de conscience http://www.carmel.asso.fr/L-examen-de-conscience.html

Confession et examen de conscience à partir des commandements http://home.nordnet.fr/~agozdz/info_confession.doc

Examen de conscience pour le temps de l’ Avent http://plestang.free.fr/peniten.htm

Faire examen de conscience aujourd’hui http://www.liturgiecatholique.fr/Faire-examen-de-conscience-aujourd.html

4. Comment se disposer à la contrition ?

La préparation à la confession, ce n’est seulement faire son "examen de conscience", en cherchant ses péchés. Il y a quelque chose de plus important que l’on néglige parfois. Il faut regretter ses péchés en comprenant qu’ils ont offensé Dieu. La "contrition" consiste à reconnaître que nous sommes éloignés de Dieu par notre faute et à regretter notre manque d’amour. C’est à la lumière de l’amour de Dieu pour nous que nous saisissons que le péché est plus qu’une faute humaine. Il faut donc demander à Dieu qu’il nous éclaire sur notre vie, qu’il nous aide à prendre conscience de notre péché. Ainsi on peut faire une confession approfondie

C’est enfin être décidé à prendre les moyens pour ne plus retomber dans le péché, c.à.d. prendre des résolutions concrètes. C’est enfin s’engager à réparer, si c’est nécessaire, le mal que nous avons fait par notre péché

LES DIFFICULTÉS DE LA CONFESSION

Nous éprouvons souvent les difficultés de la confession et cela nous décourage
1. Est-ce utile de se confesser quand nous commettons toujours les mêmes péchés ?

On est souvent découragé de se confesser, en se disant que l’on recommencera les mêmes péchés. Cela mérite réflexion. - Il est certain que la confession ne nous transforme pas complètement, mais le sacrement du pardon nous met dans l’humilité devant Dieu qui nous aime malgré notre faiblesse. D’autre part, on se contente parfois, en préparant sa confession, de faire une liste de ses péchés, sans avoir une vraie contrition. Cela peut expliquer que la grâce de Dieu ne change pas notre vie.

2. Que faire lors qu’on a rien à dire ?

Parfois, on ne voit pas en quoi consistent nos péchés, on ne sait pas quoi dire. On n’a parfois l’impression que l’on a pas de péchés qui auraient besoin du pardon de Dieu. - Cependant, si nous ne voyons pas nos péchés, nos voisins, eux, les connaissent. St Jean dit "Si nous disons que nous n’avons pas de péché, la vérité n’est pas en nous" (1 Jn 1,8-10). On a cette impression parce qu’ on n’a pas assez conscience des exigences de l’Évangile. La célébration collective qui nous présente la parole de Dieu et la rencontre avec un prêtre nous aident à une prise de conscience. Si on a l’impression de n’avoir rien a dire, c’est le signe qu’il y a quelque chose à changer dans sa vie.

3. Difficulté de l’aveu des péchés. Que nous apporte cet aveu ?

L’aveu des péchés est parfois pénible, humiliant, par exemple l’aveu du péché de masturbation. Mais l’aveu nous libère d’un poids. L’aveu est une libération. De plus, en nous faisant formuler nos péchés, il nous aide aussi à voir plus clair en nous, à faire la vérité sur nous-mêmes. Ainsi, il opère en nous une transformation qui permet de mieux prendre conscience de l’amour de Dieu qui pardonne. La confession n’est pas une démarche de deuil et de tristesse, mais une demande pleine de confiance. On éprouve la paix et la joie après s’être confessé.

 

Paroisse Saint-Jean-Bosco - Paris - 2011